Parcours

Parcours

Tocqueville. Du danger du despotisme sous la démocratie (Extrait)

Du danger du despotisme sous la démocratie[1]

(Extrait  du livre de Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique. Tome I. GF-Flammarion, Paris, 1981, p.354

 

 


 En ces temps, où sous l'appellation de "démocratie", règne un despotisme qui ne dit pas son nom, cet extrait du livre d'Alexis de Tocqueville, laisse à méditer.

Nombreux sont ceux qui, au Burkina Faso,  parce qu'ils s'opposent au régime de la IVe République actuel, souffrent de la marginalisation, victimes de la "démocratie dictatoriale".

Tocqueville parle de la "dictature de la majorité"


 

 

« Des chaînes et des bourreaux, ce sont là les instruments grossiers qu'employait jadis la tyrannie; mais  de nos jours la civilisation a perfectionné jusqu'au despotisme lui-même, qui semblait pourtant n'avoir plus rien à apprendre.

     Les princes avaient pour ainsi dire matérialisé la violence; les républiques démo­cratiques de nos jours l'ont rendue tout aussi intellectuelle que la volonté humaine qu'elle veut contraindre. Sous le gouvernement absolu d'un seul, le despotisme, pour arriver à l'âme, frappait grossièrement le corps; et l'âme, échappant à ces coups, s'élevait glorieuse au-dessus de lui; mais dans les républiques démocra­tiques, ce n'est point ainsi que procède la tyrannie; elle laisse le corps et va droit à l'âme. Le maître n'y dit plus: Vous penserez comme moi, ou vous mourrez; il dit: Vous êtes libre de ne point penser ainsi que moi; votre vie, vos biens, tout  vous reste; mais de ce jour vous êtes un étranger parmi nous. Vous garderez vos privilèges à la cité, mais ils vous deviendront inutiles; car si vous briguez le choix de vos conci­toyens, ils ne vous l'accorderont point, et  si vous ne demandez que leur estime, ils feindront encore de vous la refuser. Vous resterez parmi les hommes, mais vous perdrez vos droits à l'humanité. Quand vous vous approcherez de vos semblables, ils vous fuiront comme un être impur; et ceux qui croient à votre innocence, ceux-là mêmes vous abandonneront, car on les fuirait à leur tour. Allez en paix, je vous laisse la vie, mais je vous la laisse pire que la mort.

     Les monarchies absolues avaient déshonoré le despotisme; prenons garde que les républiques démocratiques ne le réhabilitent, et qu'en le rendant plus lourd pour quelques-uns, elles ne lui ôtent, aux yeux du plus grand nombre, son aspect odieux et son caractère avilissant. »



[1] . Le titre est de nous. Valère.



24/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 131 autres membres